Panier

Entreprise engagée 🙏

Livraison offerte à partir de 50€ !

4,8/5 AVIS CLIENTS ★★★★★

Comment faire la prière dans les trois religions abrahamiques

Comment faire la prière ? Religions abrahamiques

La prière dans le Judaïsme

Dans la tradition du Judaïsme, la prière est un élément essentiel du rapport au Divin, Yahvé.

La prière juive : téfila

La téfila est la prière juive qui s’articule autour de deux éléments essentiels. Tout d’abord le Chema Yisraël, qui est la profession de foi. Il s’agit d’un verset de la Torah : « Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. » Le croyant prononce ce verset quatre fois par jour afin de se rappeler combien Yahvé est unique.

La Amida est, quant à elle, la prière personnelle ou collective qui se divise en trois parties : la louange à Yahvé, la requête présentée, l’action de grâce. Le juif soumet à Yahvé ses besoins sous la forme d’une supplication. Dans la religion juive, les mots sont des réceptacles destinés à contenir des suppliques ou des bénédictions.

Prière juive

Prier trois fois par jour

Être juif implique de prier trois fois tout au long de la journée, selon une tradition qui viendrait des patriarches, Abraham, Isaac et Jacob.

  • Le matin, Cha’Harith ;
  • L’après-midi, Min’hah ;
  • A la tombée de la nuit, Arvith ou Maariv.

Les gestes de la prière juive

Une attitude physique particulière s’incarne dans la prière juive. Elle s’effectue toujours debout, en s’orientant vers le Temple de Jérusalem. Elle ne doit jamais être récitée à genoux ou prosterné, attitudes qui rappellent celles des païens du monde antique. Selon une coutume remontant à l’époque médiévale, le juif se balance d’avant en arrière. Cette symbolique rappelle le détachement qu’il faut avoir envers le monde matériel. Le croyant juif se couvre la tête avec une kippa et porte un talit, un châle de prière.

La prière dans le Christianisme

Le Christianisme est divisé en trois grands courants : le catholicisme, l’orthodoxie et le protestantisme.

Le Notre Père : la prière de tous les chrétiens

Le Notre Père est la prière enseignée par Jésus dans les Évangiles. Rappelons que pour les Chrétiens, Jésus est le Christ, Dieu qui se fait homme, pour accomplir le salut universel. Le Christ enseigne plusieurs choses essentielles sur la prière, retranscrites par les évangélistes. Tout d’abord, celui qui prie Dieu doit s’isoler. Il doit prier seul, sans se montrer aux autres. Il s’agit pour le croyant de chercher un tête-à-tête avec le Divin plutôt que de montrer à toute sa foi. Le croyant prie dans l’humilité.

En entrant dans la prière, le croyant se libère des besoins matériels. Le Christ enseigne qu’il n’est pas nécessaire de prier pour avoir de la nourriture ou des vêtements, car le Père fait preuve de largesse envers la nature. Les oiseaux sont nourris en abondance et les lys ont une parure plus flamboyante que le roi Salomon (Luc 12 : 22-29). Il accordera cette même bonté au croyant. Tout ce dont l’humain a besoin se trouve condensé dans la prière du Notre Père.

Le catholicisme et ses particularités

Le culte des saints

Dans le catholicisme, le culte des saints est particulièrement mis en avant. Les saints sont des intercesseurs permettant d’obtenir des grâces de la part du Père. La dévotion mariale occupe une place très importante. La prière du Je vous salue Marie, est la plus essentielle après le Notre Père. Elle demande à la mère du Christ d’intercéder pour les croyants dans leur quête de la grâce divine.

Le chapelet

Bien que le chapelet soit aussi présent dans la tradition orthodoxe, il occupe une place particulière dans la spiritualité catholique. Réciter le chapelet consiste plus qu’en une simple répétition du Notre Père et du Je vous salue Marie. Lorsqu’un catholique égraine son chapelet, il médite sur les différents Mystères qui ont marqué la vie terrestre du Christ.

La Messe ou la Divine Liturgie

Le culte rendu a Dieu sous forme d’assemblée se nomme la Messe pour les catholiques et la Divine Liturgie pour les orthodoxes. Le cœur de ce rite est la célébration de l’Eucharistie, mémorial du dernier repas du Christ avec ses disciples (la Cène). Dans les théologies catholique et orthodoxe, par la prière eucharistique, le prêtre permet au Divin de changer mystérieusement et imperceptiblement le pain en corps et le vin en sang du Christ. C’est le dogme de la transsubstantiation.

Prière chrétienne

L’orthodoxie et son héritage oriental

La vénération des icônes

Une des spécificités du Christianisme orthodoxe est la vénération des icônes. La prière aux saints et à la Mère de Dieu (Theotokos) s’exprime à travers les icônes. Une icône est une peinture sur bois revêtant une dimension sacrée. Elle s’inscrit dans une démarche spirituelle contemplative. En fixant son regard sur l’icône, le chrétien orthodoxe contemple une fenêtre ouverte sur le divin.

La prière du cœur

L’Orthodoxie possède une tradition de prière très riche. Entre les IVᵉ et Vᵉ siècles, les Pères du désert ont expérimenté l’hésychasme, du grec hesychia signifiant « paix intérieure ». En se retirant dans des cavernes, des bois ou encore des oasis, ces moines ont fait l’expérience du jeûne de l’âme, qui conduit au frémissement de la présence de Dieu. En position de médiation, le moine hésychaste récite la prière de Jésus au rythme de sa respiration. Elle revêt une forme extrêmement simple :

Seigneur Jésus, fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur.

Elle est aussi récitée selon la formule grecque : « Kyrie Eleison, Christ Eleison ».

La tradition hésychaste regroupe à travers deux ouvrages l’essentiel des enseignements sur la prière de Jésus expérimentée par les Pères du Désert. La Philocalie des Pères neptiques est une compilation très large d’écrits patristiques réalisée par l’évêque Macaire de Corinthe en 1782. Les deux termes composant le titre de l’ouvrage méritent une explication brève. Philocalie signifie en grec « amour de la beauté ».

Dieu étant source de toute beauté, le chrétien en prière est appelé à le chercher au fond de son cœur, mais aussi dans la contemplation. Le terme neptique vient également du grec, « nepsis », signifiant vigilance. Le chrétien qui prie doit être vigilant. Les passions ne doivent pas détourner son attention du Divin lorsqu’il prie. À la fin du XIXᵉ siècle, une publication a popularisé la prière du cœur : Récits d’un pèlerin russe. Ces deux ouvrages enseignent aux croyants qu’ils peuvent prier le Divin partout et n’importe quand. En récitant le nom de Jésus, avec un cœur sincère, le Père communique au croyant les énergies divines par l’intermédiaire de l’Esprit Saint.

La prière dans les mouvements protestants

Lorsqu’on parle de protestantisme, il faut songer à une multitude de mouvements qui se sont construits en opposition au catholicisme de l’Église romaine à partir du XVIᵉ siècle. Globalement, ce mouvement de Réforme a voulu débarrasser la prière du culte des saints et recentrer l’élan du cœur vers Dieu. C’est le principal théologique du Soli Deo Gloria, « A Dieu seul la Gloire ».

La prière est une réponse à la Parole divine, incarnée dans le Christ. Elle n’implique aucune récompense et ne nécessite aucun sacrifice (bougies, dons, etc.) ni aucun support (chapelets, icônes). Dans le protestantisme, la louange et l’action de grâce sont les principaux constituants de la prière.

La prière dans l’Islam

Dans l’Islam, la prière se revêt de sobriété et porte une dimension intime très prononcée. C’est un moment entre Allah et le croyant. Lorsqu’il prie, le musulman exprime sa louange à Allah et implore sa miséricorde.

La prière rituelle

La prière rituelle est le second des cinq piliers de l’Islam. Rappelons que les quatre autres piliers sont la profession de foi, l’aumône, le jeûne et le pèlerinage à la Mecque. La prière doit se faire cinq fois par jour.

  • Au lever du Soleil : fajr ;
  • À midi : duhr ;
  • L’après-midi : asr ;
  • Au coucher du Soleil : magrib ;
  • La nuit : isha.

Les musulmans sont invités à prier collectivement au moins une fois par semaine, à la mosquée, le vendredi.

La gestuelle de la prière musulmane

Le muezzin appelle à la prière en fonction des moments de la journée. Avant de commencer à prier, un musulman doit procéder à des ablutions purificatrices. En effet, selon une parole attribuée au prophète Mahomet, « la prière sans ablutions et l’aumône provenant d’un escroc ne sont pas acceptées ». Le croyant se tourne vers la Ka’ba de la Mecque. La prière s’effectue toujours selon certaines inclinations et prosternations. Chaque changement de position est maqué par la parole « Allâhu akbar », signifiant « Allah est grand ! ». La prière s’adresse exclusivement à Allah et doit se faire en arabe. Elle contient des supplications et des invocations.

L’homme musulman peut prier en portant un kufi, un chapeau de prière, voire un turban. En dehors des cinq prières obligatoires, le musulman peut prier Allah à l’aide d’un chapelet.

Prière musulmane

L’essence de la foi musulmane

La première sourate du Coran est nommée Al-Fatiha. Elle contient l’essence même de la foi des musulmans en Allah. D’ailleurs, le croyant est censé répéter cette sourate au moins 17 fois par jour.

Livraison gratuite

dès 50€ d'achats*

Livraison internationale

Nous vous livrons partout dans le monde

100 % sécurisé

PayPal / MasterCard / Visa